• Bas de page

    Ce matin, on s'est réveillé un peu plus tard que d'habitude. Moi j'ai dormi comme une souche, malgré la proximité de la Highway. C'est très américain, ça, je trouve, de mettre les terrains de camping à côté des routes. En France, (à part à Besac et son terrain de camping débile), on essaie de trouver des coins au calme, il me semble. Ici, c'est comme si tout se construisait autour de la route et de ce qui s'y rapporte. Je ne veux pas faire mon franchouillard, mais c'est pour avoir des éléments de comparaison. Le village, la "vie", en france, c'est autour de l'église (bon,ok...). Ici, dans les bleds, c'est autour de la station service. Quand on l'a trouvée, on a trouvé la bouffe, le restau, etc...
    Bref, petit déj', pliage de tentes, on démarre et on va boire un café en partant à l'office. Martina nous l'offre (elle s'appelle Martina, c'est Bert qui me l'a dit, mais je n'ai pas osé lui demandé comment il savait ça...), et en plus elle nous donne, pour la route, des cookies qu'elle a fait exprès pour nous!!! On discute un peu, en fait, elle est allemande d'origine (j'en connais une qui va dire que ça ne l'étonne pas qu'elle soit si gentille), et est arrivée ici lorsqu'elle avait dix ans. Par pure galanterie, Bert t moi, on n'a pas insisté pour en savoir davantage... :-)
    Route super, pas trop fréquentée. les bas-côtés sont suffisamment larges pour que les dépassement par les camions monstrueux se fassent en toute tanquilité.

    Vendredi 5 juillet: Kamloops Clearwater

    Léger vent de face, aujourd'hui. On finissait même par apprécier ces dépassements, car on prenait 2-3 km/h d'un seul coup rien que par l'aspi.

    Sinon, on a remonté la rivière Thomson, qui coule au fond d'une large vallée très verte, encadrée par des montagnes avec une végétation alpine.

    Vendredi 5 juillet: Kamloops Clearwater

    Vendredi 5 juillet: Kamloops Clearwater

    Vendredi 5 juillet: Kamloops Clearwater

    La bonne nouvelle du jour: le dérailleur de Bert fontionne à merveille; il vient même me taquiner sur le plat, en me demandant soit d'accélérer un peu, soit de me serrer pour le laisser passer :-)
    Ceci dit, un petit calcul rapide sur les kilomètres parourus depuis Vancouver: 17,5 km/h, ce qui est très honorable compte tenu du relief des premiers jours... Aujourd'hui, on a du faire dans les 22 de moyenne avec le vent de face. 
    On n'est pas obnubilés par la moyenne, mais ça nous permet, maintenant, d'anticiper, au vu du profil de l'étape, sur le temps qu'on va mettre, et aussi de prévoir un peu les étapes dans les Prairies. Je pense qu'on va les faire assez longues si le  vent n'est ps défavorable...

    Special statement for Martina: Thank's for everything, we will remember You throughout the trip :-)

    Arrivés à Clearwater assez tôt. super camping, les photos parleront d'elles même..

    Vendredi 5 juillet: Kamloops Clearwater

    Vendredi 5 juillet: Kamloops Clearwater

    Vendredi 5 juillet: Kamloops Clearwater


    1 commentaire
  • Samedi 6 juillet : Clearwater - Blueriver

    Bas de page

    On a quitté notre petit lac, tôt ce matin. J'ai eu un peu du mal à sortir du duvet, car j'y étais bien, super bien dormi, et dehors il faisait franchement frisquet.

    On a continuer à remonter la rivière Thomson, jusqu'à Blueriver, un bled encore plus paumé et plus petit que Clearwater.
    Rien à signaler, la vallée est toujours aussi belle, mais étant donné qu'on remonte la rivière, les montagnes deviennent de plus en plus hautes.

    On a vu sur le bord de la route deux bestioles gnioquées par des bagnoles: un jeune orignal et un porc-épic. J'aurais bien voulu voir celle qui s'est payé l'orignal; apparemment d'après les traces sur la route il devait y avoir de gros dégâts...

    Samedi 6 juillet : Clearwater - Blueriver

    Samedi 6 juillet : Clearwater - Blueriver

    On s'est arrêtés dans un (le) restaurant de Blueriver, on a pris un hamburger avc de la salade, et là, on repart, on a repéré un camping 20 km plus loin sur la route de Jasper, ça raccourcira l'étape de demain qui fait, normalement, pas mal de kilomètres.

    Mais voilà. La connection Internet est pourrie, impossible de visionner mes cartes et les profils des étapes suivantes.

    Samedi 6 juillet : Clearwater - Blueriver

    Donc on est repartis, et on a trouvé ce camping une vingtaine de kilomètres plus loin.cadre extraordinaire, mis confort plus que rudimentaire, et moustiques (affamés) à gogo !


    1 commentaire
  • Bas de page

    On ne change pas les techniques qui marchent: réveil tôt, on fait doucement pour ne pas réveiller les moustiques, mais ça ne marche pas bien: du coup on ne se change qu'au dernier moment, juste avant de monter sur nos bicycles. Il faut dire que la température est plus que fraiche, on n'a pas de thermomètre, mais il faisait 9-10°C d'après Bertrand, un peu moins d'après moi. Et super humide...

    J'ai roulé toute la matinée avec le buff sous le casque et une petite polaire sur le t-shirt de vélo.

    On a encore remonté la rivière Thompson sur une cinquantaine de kilomètres, puis on l'a quittée pour remonter un de ses affluents rive gauche, la rivière Albreda. Donc toujours de la montée, mais en dessous de 4%, à part quelques petits coup de cul de temps à autre (Bertrand signale que 4%, c'est sa limite acceptable). En attendant, il a bien roulé aujourd'hui (moi aussi du coup).

    Dimanche 7 juillet : Blueriver - Tête Jaune Cache

    Une fois n'est pas coutume, je vous mets une petite fleur, un genre de lys martagon, mais jaune

    On a passé une sorte de petit col, derrière nous un superbe panorama avec un beau glacier, et on est redescendus doucement sur Valemount, enfin un village qui ressemble à quelque chose, avec de vraies rues, un vrai magasin d'alimentation, une vraie quincaillerie, et des restau.

    Dimanche 7 juillet : Blueriver - Tête Jaune Cache

    On s'est fait un hamburger (ça commence à devenir une habitude, mais c'est pas mauvais de se mettre les pieds sous la table quand on a fait 70 km le matin.

    Connection internet désastreuse, juste pu lire mes messages sur ma boite mail, impossible d'envoyer quoique ce soit sur le blog. Aucun réseau téléphonique non plus. Bref, la misère!

    On est repartis sur le coup de 13h, et on s'est avancés un peu surla route de Jasper (encore une trentaine de km). Demain, du coup, Jasper est à 90 km, et on espère y arriver vers midi. On espère aussi qu'enfin on pourra se connecter pour charger sur le blog tous ces comptes-rendus écrit « outline » .

    Dimanche 7 juillet : Blueriver - Tête Jaune Cache

    Le camping, ce soir, c'est encore dans un endroit pas possible, les tentes sont plantées à 10 m de la Rivière Fraser, et le Mont Robson nous domine de ses (presque) 4000 m.

    Dimanche 7 juillet : Blueriver - Tête Jaune Cache

    Spécial Brunoj'ai passé un bon moment devant un abreuvoir à colibris, j'ai pris 3-4 photos

    Dimanche 7 juillet : Blueriver - Tête Jaune Cache

     


    3 commentaires
  • Bas de page

    Grand jour, aujourd'hui:
    On quitte la Colombie Britanique pour entre dans l'Alberta. Du coup, on perd une heure...
    Départ ce matin, un peu moins tôt que prévu: on dort bien, sous une tente, quand ça fait huit jours qu'on fait plus de 100 km par jour...
    Le ciel est clair, comme tous les matins. ensuite, ça se charge un peu et on prnd même des fois quelques gouttes dans l'après-midi. On commence par un long plat, puis on s'arrête à la Maison d'Information. On boit un café, Bertrand se renseigne sur la route. Des grizzlis ont été signalés près de la route, à 50 km plus loin. On suivra les consigne:"les ignorer et passer comme si rien n'était".
    Facile!!!
    Perso, je retire la sécurité du bearspray, et je surveille le rétro (on ne sait jamais, des fois qu'il y ait aussi des grizzly bleus). Mais comme d'hab, rien, pas d'ours, mais quelques crottes sur le bord de la route, quand même...
    On se fait dépasser par un couple de Danois vec qui on avait sympthisé au camping de Clearwater. Ils nous avaient dit que s'il nous voyaient sur la route, il nous donneraient, à moi une bière, à Beertrand un soda. Parole tenue!

    Lundi 8 Juillet: Tête Jaune Cache- Jasper

    La montée sur Jasper, c'est vraiment grandiose. Montagnes, lacs, forêts...

    Lundi 8 Juillet: Tête Jaune Cache- Jasper

    Lundi 8 Juillet: Tête Jaune Cache- Jasper

    La route de Jasper, c'est aussi plein de panneaux routiers sur l'éventuelle présence d'animaux

    Lundi 8 Juillet: Tête Jaune Cache- Jasper

    Celle-ci est vraiment classique

    Lundi 8 Juillet: Tête Jaune Cache- Jasper

    Et enfin, l'Alberta...

    Lundi 8 Juillet: Tête Jaune Cache- Jasper

    Je vous laisse, il est ici 16h, donc minuit chez vous. On s'est fait un hamburger dans un restau grec (ça fait du bien à Bert, ça lui rappelle que bientôt il reprend le boulot) :-)

    Le plan pour les prochaines heures, c'est se ravitailler, trouver un camping, dormir (pour ce soir on a une salade de riz prête). Demain on décolle, direction la route des glaciers. On ne devrait faire que 70-80 km, mais que de la montée, on dort dans une auberge de jeunesse (ha! ha!) et le lendemain on passe le col et on se fait la descente jusqu'à.... Peutêtre bien Louise Lake. enfin, on verra. Le surlendemain, on est attendus à Canemore chez des amis que j'ai rencontrés... à Buis les baronnies!


    1 commentaire
  • Bas de page

    Départ de jasper ce matin 8h30: On a « perdu » une heure hier en entrant dans l'Alberta, et aujourd'hui la journée est sous le signe de la promenade. D'ailleurs, les brochures touristiques appellent ce trajet « Promenade des glaciers ». donc départ relativement tard, mais l'étape du jour est relativement courte, 85 km de montée très douce jusqu'à « Beauty Creek Hostel », un genre de refuge sur la route au confort rudimentaire certes, mais qui nous apparaît comme un palace comparé à nos tentes.

    mardi 9 juillet : Jasper - Beauty Creek

    Une cuisine commune, qu'on partage avec personne, puisqu'il n'y a que nous pour l'instant, des chambres avec des lits numérotés, tout ça dans des baraques communiquant par des passerelles en bois. Pas d'électricité, tout fonctionne au gaz, y compris la lumière. Le gars qui tient ça est une espèce d'ours très poli, mais qui ne cherche pas à établir le contact.

    On est déjà en altitude, les nuits sont fraîches et nous avons préféré dormir en refuge qu'en tente la nuit prochaine. Idem pour demain où il y a à côté du camping le même genre d' « hostel », à Mosquito Creek. On a prévu de la bouffe pour trois jours, car pas de ravitaillement entre Jasper et banff. Voilà pour la logistique. Haaa... La logistique... :-)

    Question trajet, on a remonté la rivière Jasper dans une large vallée glacière (mais quand je dis large, ça n'a rien à voir avec ce qu'on connaît en Europe...).

    mardi 9 juillet : Jasper - Beauty Creek

    Juste avant d'arriver à notre halte, on a pu admirer les premiers glaciers, mais devant nous, on a vu la route, toute petite, s'enfiler dans un gigantesque cirque bordé de montagnes couronnées de glaciers. C'est pour demain, ça...


    votre commentaire
  • Bas de page

    Aujourd'hui pas de tente à démonter, si bien qu'on est partis à 7h.

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek

    Fallait bien ça Très grosse étape de 120 km avec passage de 2 cols (en tout 1800 m de D+).

    On s'est arrêtés pour manger dans un restau hors de prix, mais bon, pas le choix et ça a fait du bien de se faire une pause de trois quarts d'heure.

    Ce soir, on est à Mosquito Creek (la bien nommée), à 27 km de Lake Louise, donc on a traversé les Rocheuses. On s'est arrêtés dans un « hostel », et on a bien fait, on a eu un orage de grêle qui aurait pu endommager les tentes, et qui a bien rafraîchi la température :-(

    Pour le reste, rien à ajouter, les photos parlent d'elles même...

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek

    Mercredi 10 juillet : beauty Creek - Mosquito Creek


    Demain:Canemore et les Canadiens de Buis les Baronnies...


    7 commentaires
  • Bas de page

    Sympa, cette soirée à Mosquito Creek.Tous les "résidents" étaient cyclistes, Mike comme nous en cyco-camping, mais dans l'autre sens, et Peter et ses enfants roulaient aussi, mais à partir de points atteints en voiture.
    Il traînait une guitare, on a chanté, Peter, californien, avait une très belle voix et s'accompagnait très bien à la guitre .Tout le monde a partagé pas mal de choses, du coup on s'est couchés un peu tard.
    Le lendemain, le lever était prévu pour 7 heures, mais à 7 heures, y'avait que moi debout. Pas la peine de partir tout de suite, il faisait plus que frisquet et il y avait pas mal de brume dans la vallée, après l'orage de la veille au soir. J'ai donc fair une révision du vélo, des vis ça et là qui vaient tendance à se desserrer...
    Enfin Bertrand a fini par émerger, et nous sommes partis à 9heures, avec une petite polaire par dessus le t-shirt de vélo, c'était presque un peu juste. Lake Louise. Nous nous sommes renseignés sur l'état des routes, depuis les inondations de début juillet, et nous avons pris la highway, véritable autoroute,avec une très grand accotement, sur lequel les vélos ont le droit de rouler, et peuvent le faire en toute sécurité.

    L'étape du jour était longue de 104 km, mais pratiquement que de la descente.
    La vallée s'élargit, les montagnes sont plus petites, les derniers glaciers se situent au niveau de Lake Louise.

    Jeudi 11 juillet : Mosquito Creek - Canmore

    Jeudi 11 juillet : Mosquito Creek - Canmore


    Arrivés à Canmore, nous sommes allés au Tim Hortons, Bert voulait saluer le patron chez qui son fils Mickaël avait travaillé, on en a profité pour prendre un sandwich, histoire de ne pas arriver affamés comme des loups chez Hugh et Sabrina, puis nous avons déposé nos bagages sur la terrasse de leur maison. Hugh est arrivé avec les enfants, Oscar et Hugo, quelques minutes plus tard, et nous nous sommes installés dans une dépendance.
    Sabrina est arrivée du boulot vers 18h, ensuite Myriam, la mère de Sabrina est venue pour parler français (elle est flamande, mais parle français, allemand, anglais bien sûr,et afrikaans). Septante-deux ans, bon pied bon oeil. Ensuite sont venus deux autres amis, dont un grimpeur qui connaît Buis les Baronnies, et on passé une très agréable soirée, à la canadienne, devant un gros feu de bois, et après un buffet (saumon, bisons, petits légumes, salade) préparé par Hugh.
    Soirée un peu arrosée, mais je suis resté assez sobre, sevré que je suis depuis pas mal de temps... :-)

    Jeudi 11 juillet : Mosquito Creek - Canmore


    Amusant de voir autour de ce feu Hugh, Sabrina, les enfants, Myriam, Bert et le grimpeur, tous des gens qui ont séjourné à Buis... Ceci dit le cadre ici à Canmore n'a rien à envier à Buis, si ce n'est le climat assez rigoureux qui ne permet de profiter des beaux jours que trois mois dans l'année.

    Jeudi 11 juillet : Mosquito Creek - Canmore


    1 commentaire
  • Bas de page

    Aujourd'hui, pas de vélo, sauf pour Hugh et Sabrina qui ont essayé nos vélos couchés. Hugh sur le Condor, il s'en est très bien sorti et très vite il a pu faire un petit tour tout seul. Sabrina était moins motivée, mais comme Hugh avait testé le vélo couché, elle a essayé le Méta, a réussi à faire quelques mètres toute seule, mais n'a pas persisté. Mais c'est très bien quand même. Je crois que surtout elle avait peur d'abimer le vélo et de compromettre notre voyage...

    Alors, on a passé la journée en ville, avec Bertrand. Faire des petites courses futiles mais indipensables, comme du lipstick, ou une cafetière qui va nous faire du vrai café. On a acheté également du peanuts butter qu'on va se faire au petit déj, bref on s'est un peu projetés par nos achats dans le relatif confort des jours à venir... Hugh et Sabrina nous avaient proposé de faire du canoë, mais nous, en fait, on avait besoin de voir du monde, des magasins, de la vie autour d'une ville.

    Vendredi 12 juillet : Repos à Canmore

    Canmore est une ravissante petite ville de 8000 habitants, entourée de montagnes, et peuplée de gens très sportifs: le ski de fond est roi ici l'hiver, et l'été, c'est rando, canotage sur les lacs et les rivières, escalade (Canmore est un haut lieu de la grimpe)...

    Vendredi 12 juillet : Repos à Canmore

    Encore une soirée dans le jardin, buffet hamburger, patates au BBQ, un petit rouge de Loire qu'on avait acheté, quelques bières et un peu de guitare autour du feu. Bref, une vraie journée de repos...

    Vendredi 12 juillet : Repos à Canmore

    Encore merci à Hugh, Sabrina, Oscar et Hugo qui nous ont accueillis avec tant de gentillesse

    Demain, c'est samedi, personne ne va au travail, nous allons prendre certainement le petit déjeuner avec nos hôtes et partons immédiatement après our une étape d'une centaine de kilomètres, un peu valonnée sur la fin, et qui nous amène à Calgary.


    votre commentaire
  • Bas de page

    Tiraillés, ce matin, entre l'envie de repartir, après cette necessaire journée de repos, et la tristesse de quitter Sabrina et Hugh. Ils se sont levés tôt, nous ont préparé un petit déjeuner, avec du cake, des amandes, des cerises, du bon café. On a visionné les films que j'ai fait d'eux hier quand ils ont essayé nos vélos couchés. ça a été encore l'occasion de rigoler un petit coup, et puis on  chargé les vélos, rempli une dernière bouteille d'eau et nous sommes repartis...
    Malgré les prévisions pluvieuses de YR.NO, on a eu du soleil pendant toute la journée.
    La route, de temps en temps, porte encore les traces des dernières inondations.

    Samedi 13 juillet : Canmore - Calgary

    On est passés par le point le plus haut de la Trans-Canadienne. je me sis demandé à ce moment-là: où va l'eau ? Atlantique, Pacifique ?
    Où passe la ligne de partage des eaux sur le continent nord-américain ?

    Samedi 13 juillet : Canmore - Calgary

    1410 m d'altitude.. Pas étonnant que les nuits soient fraîches..

    Samedi 13 juillet : Canmore - Calgary

    On est arrivés tôt au Campground de Calgary, j'ai reconnu l'endroit, c'est à côté d'une zone cradingue avec des poubelles, où Pierre avait ramassé sa mascotte hideuse, il y a trois ans. ça m'a bien fait rigoler...

     

     

    Samedi 13 juillet : Canmore - Calgary

    A peine arrivés,le ciel est devenu tout noir, on s'est dépêchés de planter les tentes, mais finalement l'orage est passé à côté.
    Sinon, c'est incroyable comme le relief a pu changer en si peu de kilomètres. Canmore entourée de montagnes, Calgary, 100 km plus loin, au bout d'un plateau à peine valonné.

    Samedi 13 juillet : Canmore - Calgary

    Demain matin on se lève tôt pour traverser Calgary avant le flux de circulation automobile (Bert angoisse un peu en ville avec son Condor), et ensuite on fait notre première longue étape de 206 km, pratiquement tout en descente à part quelques petites bosses çà et là...

    Notre emplacement de camping n'est vraiment pas terrible: "overflow", un truc en réserve quand tout est complet. Lorsqu'on est arrivé, le voisin parquait sa voiture sur notre emplacement. Il l'a bien sûr retirée, puis est retourné à ses occupations, radio, groupe électrogène, bbq à gaz...
    Pendant qu'on mangeait notre plat de nouilles traditionnel, il s'est pointé sans rien nous demander et nous a offert un hamburger fraîchement préparé sur son BBQ, puis nous en ramené deux autres, emballés, "for your breakfast tomorrow morning... enjoy your trip !"
    Décidemment, ces canadiens sont vraiment surprenants!


    2 commentaires
  • Bas de page

    Pour éviter le flux des automobiles, on est partis très tôt(6h30), sans manger, comme des voleurs.

    Bien sûr, il n'y avait personne dans la 16ème avenue qui traverse Calgary, et Bert a réussi à traverser la ville sans mettre le pied à terre!
    Arrivés à la sortie, on s'est arrêtés dans ce qu'il y avait d'ouvert, un MacDo (hé oui! Je suis tombé bien bas...), puis on a continué vers l'est... On s'est déshabillés un peu, mais il faisait encore un froid de canard. Rapidement, on a pris un rythme sympa, puis le vent s'est levé, de côté, puis de ¾ face, puis carrément de face pendant la seule montée de la journée. Vitesse à 10 km/h, moral dans les pompes.


    Monter une côte, derrière, ça veut dire descente, vitesse. Mais le vent ! Ça ne sert à rien d'essayer de rouler vite, tout est perdu... On s'est pris au moins deux heures de vent dans la face, et rapidement on s'est dit qu'on allait abréger l'étape prévue; on aurait pu y aller, mais ça n'aurait servi à rien, sinon entamer nos forces pour demain.

    On s'est donc arrêtés à Bassano, 50 km avant Brooks, on a roulé quand même 161 km en 8 heures.

    Dimanche 14 juillet: Calgary – Bassano

    Bassano, c'est une ville fantôme. C'est simple, y'a personne dans les rues, tous les commerces sont fermés, à part un bar louche (Armando's) et un chinois.

    Dimanche 14 juillet: Calgary – Bassano

    Va pour le chinois, donc, et là, ô surprise, buffet « all you can eat » avec des petits légumes à la vapeur, des viandes confites, des nouilles chinoises, du riz cantonnais, de la pastèque, des salades, et un excellent gâteau au chocolat et aux amandes (je fais court, je ne vais pas vous dire tout ce que j'ai mangé, mais ils n'ont pas trop fait de bénef avec moi).

    J'avais oublié le camping municipal, self-service, pas loin du centre-ville, dans lequel on s'était installés juste avant.

    Demain, au programme, on roule jusqu'à Brooks, on se fait une pause « internet » (car RIEN à Bassano), histoire de planifier la suite, puisqu'on est décalés de 50 km par rapport aux étapes prévues. Demain, vraisemblablement: Bassano – Medicine Hat (150km)

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique