• Un vieux projet, qu'on va concrétiser à trois en juillet et août 2018:

    Bertrand, vieux compagnon de voyage (Canada, Ecosse), et Bernard, vieux copain vélocouchiste, spécialiste de longue distance (plusieurs fois les 24 heures du Plateau d'Albion), et qui parle bulgare !

    Nous partons en autonomie complète. Bertrand et Bernard ont des Nazca Pioner et moi mon mon fidèle Métabike...

    Je suis allé en Bulgarie quand j'étais gamin. Mon père y travaillait comme gestionnaire d'un complexe touristique. C'était bien avant la chute du mur, et ce voyage, c'est une sorte de pèlerinage, un petit hommage à mon père qui est parti il y a sept ans...

    Menu:

    Besançon - Straubing

     

    Straubing - Dunavecse

    Dunavecse - Kozlodouy

    Kozlodouy - Gabrovo

     

     Gabrovo - Igoumenitsa

    Igoumenitsa - Buis les Baronnies

     


    1 commentaire
  •  

    Dimanche 8 juillet: Besançon - L'Isle sur le Doubs

    Bon, d'accord, ça ne fait pas impressionnant comme ça. 76 km quand même au compteur, la bise dans le nez et mes deux camarades qui n'ont pas encore tout à fait apprivoisé leurs montures chargées.

    Dimanche 8 juillet: Besançon - L'Isle sur le Doubs

    Un petit arrêt au départ à Besac chez le Portugais pour acheter du pain et goûter ses Pastei de Nata, puis en route sur la véloroute à 4, puisque Miriam nous a accompagnés jusqu'à Baume. Bertrand a beaucoup apprécié les paysages, il faut dire, sans être chauvin, que la Vallée du Doubs est vraiment très belle, avec ses paysages apaisants sous le ciel uniformément bleu (c'est pas tout les jours, faut en profiter!)

    Dimanche 8 juillet: Besançon - L'Isle sur le Doubs

    On a hésité entre un arrêt à L'Isle ou à Mandeure, un peu plus loin, mais bon. On ne va pas commencer, dès le premier jour, à courir après les kilomètres parcourus. Mieux vaut prendre son rythme doucement, les grosses étapes se feront toutes seules, une fois les corps habitués aux nouvelles conditions de nourriture, de sommeil et de dépense physique...

    Dimanche 8 juillet: Besançon - L'Isle sur le Doubs

    Une bière sur la terrasse du camping, un grand moment de décontraction avec Olivier, un cyclo belge qui est arrivé quelques minutes après nous mais qui va dans l'autre sens. Première rencontre, un gars qui a pas mal roulé, en particulier l'an passé en Bulgarie !

     


    votre commentaire
  • Une journée qui commence à l’envers : moi réveillé le premier, et Bertrand qui dort encore comme une souche quand le soleil est déjà levé depuis un moment !

     

    Le départ traîne un peu : Bernard n’a pas encore pris ses marques, disons qu’il est un peu long à la mise en route…

     

    Ensuite, remontée du Doubs jusqu’à Audincourt. Comme hier, la vallée du Doubs nous offre ses paysages très doux. Moins douce la cote vers Colombier-Fontaine. Et toujours cette bise, de face, qui nous a bien usés malgré les relais (Bertrand commence à s’y mettre, convaincu de la nécessité de s’abriter par vent de face).

     

    La traversée du Pays de Montbéliard s’est faite sur des pistes non goudronnées dont l’itinéraire nous a fait gagner quelques kilomètres.

     

    Lundi 9 juillet L’Isle sur le Doubs-Huningue

    Trouée de Belfort, on suit le canal avec ses écluses montantes, un tous les km environ, et d’un seul coup, après la ligne de partage des eaux, une douzaine d’écluses descendantes les unes derrière les autres pour bien nous signifier qu’on descend vers l’Alsace.

     

    Lundi 9 juillet L’Isle sur le Doubs-Huningue

    A Dannemarie, on s’est arrêté à « 100 pâtes », petit troquet sur le bord du canal où l’on mange… des pâtes. Ambiance cycliste, sympa, bon et pas trop cher par rapport à la quantité de pâtes fournie.

    Lundi 9 juillet L’Isle sur le Doubs-Huningue

     

    Première maisons à colombages, une cigogne qui cercle au dessus d’un champ pas trop loin de nous, Mulhouse dont la traversée se fait tout en piste cyclables en plein centre ville, et la descente vers le sud en direction de Huningue. 4 cigognes perchées sur le toit d’une maison sont le prétexte d’un court arrêt .

     

    Lundi 9 juillet L’Isle sur le Doubs-Huningue

    Les derniers kilomètres se font durs… 125 aujourd’hui, c’est manifestement trop, surtout pour Bertrand qui manque d’entraînement. Bernard roule bien, mais a eu un sérieux coup de mou tout à la fin.

     

    Arrivée enfin au camping situé tout près du Rhin. Super accueil, amis aussi super prix (31 euros pour 3  et trois tentes, pas de wifi, un emplacement pour les cyclistes qui ressemble à Woodstock (pour la surpopulation, pas pour la musique), 2 malheureuses douches pour tous les mecs et autant pour les filles. Bref, pas top, mais y’a rien d’autre.

     

    Après avoir déchargé mes sacoches je suis allé faire les courses car les 2B étaient « out of order », le plein d’essence de mon réchaud et ensuite on s’est fait des Bratwursts avec de la purée pour fêter notre arrivée (ou presque) en Allemagne.

     

    Dodo. Demain lever « quand on se réveille », proposition adoptée à l’unanimité…:-)

     

     

     


    votre commentaire
  • Réveil tranquille… Bernard n’est pas encore très efficace pour le chargement de son matériel, mais ça viendra…

    Mardi 10 juillet Huningue -  Waldshut

    Mardi 10 juillet Huningue -  Waldshut

    La sortie de Huningue/Bâle nécessite pas mal d’attention, car ce n’est pas toujours bien indiqué.

    Grosso-modo, on a suivi le Rhin à peu près tout le temps. Que de la piste cyclable, tantôt une piste large, goudronnée ou une route de campagne peu fréquentée, tantôt de la piste en graviers…

    Mardi 10 juillet Huningue -  Waldshut

    On a fait pas mal d’aller-retours entre le bord du Rhin et une voie ferrée située à une cinquantaine de mètres au dessus. Au bout de quelques fois, les montées commençaient à se faire sentir.

    Très beaux points de vue sur le Rhin, très joli pont ancien à Bad Säckingen

    Mardi 10 juillet Huningue -  Waldshut

    Mardi 10 juillet Huningue -  Waldshut

    Pour finir un camping à Waldshut, très beau, au bord du Rhin. De plus en plus chers, les campings… Ici la douche est payante !

    Pour moi c’en est trop, je suis allé faire trempette dans le Rhin, et Bernard aussi...

    Après ça, on est allés faire les courses et visiter la très belle ville de Waldshut

    Mardi 10 juillet Huningue -  Waldshut

     

     


    votre commentaire
  • Drôle d’accueil, au camping de Engen. Un bistrot que je prends pour la réception, et le gars, voyant que je ne suis pas du coin, commence à me parler en allemand-petit-nègre, genre « Toi quoi vouloir ? Ici pas réception ». Comme en plus il a un accent à couper au couteau et qu’on est vraiment, mais vraiment tout près de la frontière suisse, je lui demande -en allemand- s’il peut me parler en allemand.. Vexé, le gars ! « Ich bin Deutsch und ich spreche deutsch ! ».

     Pour finir il m’emmène 20 mètres en dessous où se trouve, bien planquée, la réception où il n’y a personne. Il faut appuyer sur un bouton (péser sur un button, comme dirait Bertrand), et le gars de la réception arrive d’on ne sait où sur un scooter Vespa assez récent. Pas comme le gars : 70, 75 ans. Il nous fait remplir une fiche chacun très complète, sur papier imprimé, avec date et lieu de naissance. Très complète, quoi… Ensuite il recopie sur un registre. Entre temps son téléphone a sonné avec une musique genre « Die Tyroler sind lustig ». Ambiance…

     La recopie prend un certain temps, car il se reprend pratiquement à chaque lettre, manifestement il a du apprendre à écrire tard…

     Ensuite il monte sur son scooter et nous emmène à 20 mètres de là pour nous montrer notre emplacement. Pas très causant, pas très souriant, mais efficace.

     Par contre, grosse surprise au niveau des sanitaires : tout est neuf, propre, de super qualité, les douches sont de vraies cabines avec mitigeur, il y a des sèche-cheveux à disposition.

    Rien à voir avec l’usine à campeurs de la veille où tout était payant : WI-FI, douches, plaque électrique « mise à disposition » pour les pôvres cyclistes…

     Mercredi 11 juillet Waldshut – Engen

    Aujourd’hui, gros progrès pour mes deux acolytes : le départ s’est fait pratiquement une demie-heure plus tôt que d’habitude. Et mon chum Bertrand commence à appuyer sur les pédales, mettant parfois Bernard en tabarnak (ceci est une rédaction commune, et de temps en temps j’écris ce que j’entends). Très beau parcours le long du Rhin en début de journée, jusqu’à Schaffhausen et l’impressionnante chute du Rhin, et dans la verdoyante campagne et ses villages fleuris ensuite. Quelques petites mais rudes côtes ont fini d’achever le moral des troupe dans la néanmoins majestueuse Hegau avec son château perché sur un piton volcanique, non loin de Singen.

     

    Mercredi 11 juillet Waldshut – Engen

    L’ultime côte menant au camping a fini de les achever complètement. Il arrivèrent fourbus et à pied…

     

     

     


    votre commentaire
  • Y sont malins, ces Allemands ! A l’entrée des gros bled, les indications de la véloroute deviennent évasives, ce qui fait qu’on se retrouve une fois sur deux dans le bled, alors que la véloroute officielle passe à côté… C’est comme ça qu’on a paumé Bernard… On avait fait une pause dans une grande prairie, et quand on est repartis, il ne s’en est pas aperçu tout de suite. Avec Bertrand on a avancé tranquille pour qu’il nous rattrape, on s’est arrêtés dans le bled plus loin pour pique-niquer, alors que lui, qui nous avait perdu de vue, a pris la véloroute officielle.

     

    Après avoir tout déballé, comme on ne le voyait pas arriver, on a passé un coup de fil… Il était un peu plus loin que Mulheim, que nous n’avions pas encore traversée !

     

    Pour finir, on a redéballé tout un peu plus loin pour nous restaurer. Bert a découvert le duo melon-jambon fumé et a trouvé ça excellent.

     

    Excellente également cette journée (quelle transition!) qui a commencé par deux ou trois petites côtes pour arriver dans la vallée du Danube. En suivant scrupuleusement les panneaux indicateurs de la piste cyclable, on a réussi à faire une boucle complète avec une bonne côte dans un chemin blanc. Au second passage devant Bert a découvert la pancarte, nous sommes allés tout droit et on a trouvé -enfin!- le Danube, une espèce de petit ruisseau de rien du tout qui serpente au fond d’une vallée.

     

    Beaucoup de chance au passage d’un pont en bois, on a pu voir une cigogne pêcher dans le Danube.

    Jeudi 12 juillet : Engen – Sigmaringen

    Jeudi 12 juillet : Engen – Sigmaringen

     

     

     

    Jeudi 12 juillet : Engen – Sigmaringen

     

    Ensuite, une succession de paysages incroyables, avec des maisons perchées au dessus de pitons calcaires, de grandes falaises… Des petits coups de cul pour couper les méandres du Danube. Une fois, deux fois, cinq fois… On n’a pas compté mais les dernièrs devenaient de plus en plus difficiles.

    Jeudi 12 juillet : Engen – Sigmaringen

     

    Bertrand a mis une fois ou deux pied à terre, mais moins vers la fin. Forcément, quand « le ptit plateau y’embarque pas, tu t’retrouves mal gearé en crisse»

    Arrivée au camping surpeuplé de Sigmaringen, Douche, bière-WIFI en ville, popote et dodo...

     


    votre commentaire
  • Une étape moins intéressante qu’hier, de beaux paysages, mais moins de surprises : des étendues plates, cultivées (blé, seigle, maïs), des cigognes à chaque coin de champ, le Danube qui tortille paresseusement là-dedans, et des villes traversées avec des constructions au style un peu chargé à mon goût.

    Vendredi 13 juillet : Sigmaringen – Rottenheim

     

    Vendredi 13 juillet : Sigmaringen – Rottenheim

     

    Vendredi 13 juillet : Sigmaringen – Rottenheim

    La véloroute est souvent en chemin blanc, et on a eu droit à un vrai coup de cul. 20 %…

    Vendredi 13 juillet : Sigmaringen – Rottenheim

     

    Je suis arrivé à fond la caisse, ai merdouillé dans mes vitesses et me suis arrêté. Au redémarrage, j’ai fait une roue arrière tellement la pente était forte. Comme dit Bertrand « T’a faite faire un wheele au vélo (prononcer « ouailé ») ». Gamelle, à l’arrêt donc, égratignure sur le coude et le genou droit. En arrivant en haut de la côte, Bernard s’est aperçu que son dérailleur était dans les rayons. On a passé une bonne vingtaine de minutes à détordre les chapes et régler le dérailleur. Tout semble remarcher à peut près, à l’indexation près.

     

    On s’est un peu perdus dans Ehingen, faut dire que c’était super mal indiqué, et du coup on a décidé de revenir en arrière vers un camping -celui de Rottenacker- plutôt que de continuer sur Ulm, ce qui nous aurait pris au bas mot deux heures voire davantage avec en prime la recherche du camping, etc.

    Vendredi 13 juillet : Sigmaringen – Rottenheim

     

    On n’est pas là pour se faire mal, et on a planté nos tentes dans un endroit qui serait paradisiaque s’il n’y avait pas une bande de jeunes beauf’ qui se préparent, apparemment, à faire la teuf du week-end avec bières et grosse sono.

     

    Amicalement, mais fermement, je leur ai signifié que j’espérais qu’ils ne fassent pas de bruit tard. On verra, mais je n’ai vraiment pas envie ce soir de me faire encrisser en tabarnak.

     

    Petite consolation : nous avons prévu un repas de fête, avec entrée de tomates, cabillaud aux champignons et à la crème, pâtes, fromage, yaourts aux fruits en dessert…

     


    votre commentaire
  • Je vois bien que mes bons cousins québecois qui -je le sais- suivent assidûment ce blog, et en particulier Lise, doivent se dirent « Plus de problème de café ? »

     Malheureusement si !

    Bertrand, que j’ai consciencieusement initié au café Européen, bien noir et bien épais, a fait beaucoup de progrès, maintenant qu’on se connaît. A matin, je lui fais sa cafetière (italienne, la petite en alu qui se visse), et chaque jour j’augmente un peu la dose. Au bout du voyage, il ne s’en rend pas compte, mais il boit enfin du bon café !

    Mais c’est sans compter sur le troisième larron, Bernard, un Français de France, qui boit du café, mais met dedans le lait en poudre que j’avais acheté pour Bertrand qui lui, n’en met plus !

    Pour Bertrand, je sais que je peux faire quelque chose, mais pour Bernard, c’est désespéré. Même que ce soir, en faisant les courses, il cherchait du sucre pour son café du matin !!!

    Je préfère donc parler d’autre chose.

    Hier soir, finalement, comme prévu, les jeun's ont commencer à teufer grave. Moi, j'ai déménagé ma tente 100 mètres plus loin et j'ai dormi comme un loir...

    Ce matin, départ à peu près à la même heure que d’habitude. Pourtant Bertrand avait un peu oublié de se réveiller : finalement il est resté dormir une demi-heure de plus au lieu d’attendre une demi-heure que Bernard et moi soyons prêts… A méditer, Bertrand !:-)

     

     Ensuite, une grosse étape d’un peu plus de 100 km mais avec aucun dénivelé, mais beaucoup de pistes et du vent de face dans les prairies. Mes camarades et moi-même estimons le pourcentage de pistes en graviers à 20% pour l'instant, et 30% en Allemagne...

     

    A Ulm, la véloroute était interrompue par des stands de bouffe de tous les pays du Danube, car c’était justement la fête. Roumanie, Autriche, Allemagne, etc.

     

    On s’est arrêté manger une Flammkuche pour Bernard et moi, et une Bratwurst pour Bertrand qui voulait voir « les vrais saucisses que mangent les vrais Allemands »

     

    On a fait ensuite un petit tour dans la ville Ulm et sa petite Venise. Magnifique.

    Aux abords de Dillingen, on a même vu Staline chez un tailleur de pierres !

     

     

    Les derniers kilomètres ont été un peu longs, à la recherche du camping, qu’on a fini par trouver au bord du Danube. Grosse bière, courses en ville, douche et popote...

     


    1 commentaire
  • Sympatique, le camping de la nuit dernière. Tenu par deux dames très gentilles, souriantes qui cherchaient à remplir nos chopes de bière le plus possible.

     

    Pas comme ce soir, où nous avons été accueillis par un bulldog femelle d’un âge avancé qui nous a quand même piqué (le mot est faible) 54 euros pour trois malheureuses tentes et trois campeurs à vélo.

     

    La douche était spacieuse, chaude, avec un bon débit, et pour ma part, je me suis permis une chose tout à fait inhabituelle : uune douche chaude de confort qui a duré une bonne vingtaine de minutes. Aucun scrupule (voir plus haut).

     

    Il faut dire qu’on est arrivés crottés, trempés, rincés, après 20km en forêt sous une pluie assez soutenue, après que nous nous soyons abrités une petite demi-heure sous un coin de toit. Il pleuvait alors très fort, et l’orage pétait aux alentours.

     

    Dimanche 15 juillet Dillingen – Ingolstadt

    Dimanche 15 juillet Dillingen – Ingolstadt

     

    Le matin, pourtant, nous étions partis tôt (9 h) et avions profité de la fraîcheur et de l’absence de vent pour rouler. A midi et demi, nous avions fait 65 km, et nous nous sommes arrêtés pour casser la croûte. J’avais compté trouver des épiceries ouvertes, mais pas de chance, on n’a pas pu se réapprovisionner.

     

    Bernard faisant un petit coup de calgon, à cause de la chaleur et de la faim, on a opté pour l’option lourde : riz avec une sauce déshydratée de Chili que j’avais acheté hier à tout hasard…

     

    Le riz nous a remplis, le chili nous a un peu arraché la gueule, mais l’action conjuguée du mélange nous a remis en selle, tout fringants.

     

    Cette étape s’est faite pour la première partie sur un plateau avec des champs de blé et de maïs. Dans les bleds, le moindre tracteur était énorme. Visiblement on est dans le grenier de l’Allemagne…

     

    Dimanche 15 juillet Dillingen – Ingolstadt

     

    Pour la seconde partie nous avons retrouvé le lit du Danube avec ses pistes en gravier, et traversé la très belle forêt à l’Ouest de Ingolstadt. C’est là que l’orage nous a surpris. Mais quand nous sommes repartis, la brume montait du sol encore chaud, c’était très beau, très romantik, on s’attendait à chaque bosquet à voir une blonde Walkyrie traverser notre véloroute à cheval.

     

    Enfin Ingolstadt, dont nous n’avons rien vu car nous sommes restés au bord du Danuble, les yeux rivés sur les pancartes « Camping ».

     

    Ce soir, repos pour le cuistot (Hé oui, mes camarades en ont décidé ainsi, et ça tombe bien car le dimanche, pour le ravitaillement ce n’est pas facile).

     Au menu Tafelspitz, une spécialité bavaroise, de la la langue de boeuf avec des pommes de terre et des légumes en julienne, le tout dans une crème abondante et beaucoup de persil. Simple, efficace, excellent !

     

    Dimanche 15 juillet Dillingen – Ingolstadt

    Tchüss !

     


    votre commentaire
  • Nous avons décidé de partir plus tôt ce matin, pour éviter les orages de milieu d’après-midi. Lever 7h, départ 8h : un record de rapidité !

    Le debut de l'étape était dans une ambiance frisquette, humidette, au bord du Danube.

    Lundi 16 juillet Ingolstadt – Straubing

    Lundi 16 juillet Ingolstadt – Straubing

     

    Lundi 16 juillet Ingolstadt – Straubing

    Rapides aussi, mes deux pingouins qui commencent à vraiment prendre le rythme.

    Nouveauté aujourd’hui : ajout d’un quatrième repas vers 10h30. Ce matin, c’était bretzels salés, lait chocolaté et raisin blanc. Oui, je sais, ça fait bizarre, mais c’est ce dont on avait envie.

     

    Sinon étape assez longue dans la campagne bavaroise, nous avons traversé en ligne droite Ouest-Est un plateau situé entre nos deux étapes.

     

    On a croisé des champs de patates, des champs de blé, des champs de houblon, des champs d’asperges, des champs de betteraves à perte de vue.

     

    Lundi 16 juillet Ingolstadt – Straubing

    Lundi 16 juillet Ingolstadt – Straubing

    Lundi 16 juillet Ingolstadt – Straubing

    Lundi 16 juillet Ingolstadt – Straubing

    Un tas de petits bleds traversés, sans cachet particulier, à part une fresque représentant un cerf en train de réer.

     

    Assez peu de dénivelé, bien roulé jusqu’à une douzaine de kilomètres de Straubing. Là, nous avons remarque que par la route normale la distance était de 9 km alors que par la piste cyclable -davantage piste que cyclable- il y en avait 12. On a donc fait le choix de la route directe, choix très satisfaisant jusqu’à l’arrivée à Straubing. A un carrefour très simple à prendre en voiture, les indications pour les vélos étaient incompréhensibles, nous faisaient repartir dans l’autre sens, tout ça pour prendre la 1ère à droite.

     

    Je dois reconnaître que j’ai un peu pété les plombs et ai considéré que jusqu’au camping, j’étais en voiture et non à vélo, au grand dam des Bavarois pour qui les routes sont uniquement pour les voitures (Audi et BMW dans le coin) et les pistes cyclables pour les vélos (ce qui ne les empêche pas, pour certains, de les emprunter quand même).

     

     

    Arrivés finalement assez frais, camping bien sympa sur une île du Danube. Le reste est assez classique, dans le désordre douche, courses, popote, blog et dodo. Au menu ce soir : melon au Speck Süd Tyrol, steack hachés sauce chasseur et oignons, pâtes complètes à la crème et mozzarella râpée (bizarre, mais c’est ce qui est marqué sur le paquet), yaourts fruits.

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique