• Jeudi 8 août : Val d'Or – Lac Rapide

    Bas de page

    Ahh! Comme j'étais bien dans mon sac de couchage... Je rêvais, je ne sais plus à quoi, mais j'étais dans cet état second, au réveil, où l'on perçoit les bruits extérieurs mais on les intègre dans son univers de rêverie...

    Jeudi 8 août : Val d'Or – Lac Rapide


    Bref, la porte de la cabane s'est ouverte, Claude est rentré pour nous réveiller. On est allés prendre le petit déj, ensuite on a plié nos bagages, chargé les vélos et dit au revoir à Claude et à Sue. Claude a filmé notre départ, et nous a dépassé avec sa voiture, une dizaine de minutes plus tard, en allant à son boulot.


    Quel accueil encore une fois!
    On a pris deux ronds-points (il y en a trois à Val d'or et ce sont peut être bien les seuls au Québec, voire au Canada),et on s'est retrouvés sur la route du Sud, direction Mont-Laurier (300 km).

    Jeudi 8 août : Val d'Or – Lac Rapide


    La route serpente entre un paquet de lacs. Des bonnes petites côtes, courtes mais parfois bien raides, des descentes, des lacs. Enfin, pas de quoi s'ennuyer. Très beaux paysages de forêts d'épinettes, de pins, de tourbières, d'étangs, de rivières et de lacs. Dans cet univers d'eau douce, on ne distingue plus les rivières des lacs: certains petits lacs, coincés entre deux vallons, sont si longs qu'on n'en voit pas le bout et ressemblent à une rivière, et les rivières sont par endroits si larges qu'on peut les confondre avec un lac...

    Jeudi 8 août : Val d'Or – Lac Rapide


    Au bout de 165 km, nous sommes arrivés à destination: Lac rapide, un camping au bord d'un lac, dans lequel j'ai piqué une tête après -luxe suprême- m'être fait un bon petit café, une fois les vélos déchargés. Ensuite, la routine: la tente, la douche, tout à l'heure la popote, une ptite balade à pied pour digérer et discuter un peu, et puis au lit...

    Jeudi 8 août : Val d'Or – Lac Rapide


    Mais là, ce n'est pas tout à fait pareil... Demain est notre avant dernière étape. Demain soir sera la dernière fois qu'on plantera nos deux tentes l'une à côté de l'autre. Nous savons qu'après cette merveilleuse traversée, nous nous retrouverons chacun sur notre continent, et que ce n'est pas demain la veille qu'on se retrouvera... 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter