• Vendredi 3 août Tekija – Negotin

    La chambre est vraiment kitch, avec une chaîne stéréo (à lampes?) intégrée dans le bois de lit, mais le matelas n’est pas trop mauvais. Plus ça va, moins j’aime dormir sur un matelas. Ça me fait ça à chaque fois que je pars à vélo.

    Ce matin j’émerge doucement, j’entends les bruits des Pingouins qui commencent à vaquer à leurs occupations. Me lève ? Me lève pas ? Et puis d’un coup j’entends la voix de Snezana au rez de chaussée.

    Ok. Je me lève… café ! Je la prends de court, car quand elle arrive pour nous le proposer, le notre est déjà dans les tasses.

    On prend donc notre petit déjeuner tranquilles, mais au moment de préparer les sacs, où il ne faut rien oublier (on s’est aussi un peu étalé), elle vient s’entretenir avec nous. Super gentille, une très belle personne, mais qui a le chic pour couper court à ce que tu es en train de faire. Du coup je merdouille un maximum, je mets dans les sacoches les affaires que je dois porter pour la journée, je ne retrouve plus mon sac étanche qui contient mes cartes routières.

    Elle nous montre des coupures de journaux relatant une grosse coulée de boue qui a dévasté son quartier ; apparemment elle devait être maire ou conseillère car les journaux (qu’on ne peut pas lire) font état de son engagement lors de la catastrophe qui a fait des victimes, quand même…

    Elle nous explique que nous devons absolument lui téléphoner pour lui dire qu’on est bien arrivés… Où ? À l’étape suivante ? A la Mer Noire ? Chez nous quand on sera revenus ? Elle donne un peu dans le genre « Mama italienne »

    Elle a vu que j’étais un peu énervé, à un moment où je suis en bas en train de charger mon vélo, elle dit à Bernard et à Bertrand que je suis un peu speed, que elle par contre est plutôt cool (elles disent toutes ça…:-) , et qu’elle ne pourrait pas vivre avec moi. Du moins c’est ce que Bernard a compris…

    On part, avec des pêches du jardin (délicieuses), deux paquets de mûres et un de groseilles surgelés.

     

    Vendredi 3 août Tekija – Negotin

    Je lui fais une grosse bise au moment du départ. Elle ne s’y attendait pas, elle devait penser qu’elle m’énervait trop pour cela… Mais elle est trop. Trop tout. Trop gentille, trop maternelle, trop envahissante, trop généreuse, trop touchante.

    La route est un peu mouillée, il a plu tôt (avant que je me lève). Pas de montée notoire, et on arrive au barrage. Un monstre.

     

    Vendredi 3 août Tekija – Negotin

    Vendredi 3 août Tekija – Negotin

    Le relief est redevenu plat, la région est plutôt industrielle, donc aucune raison de suivre le Danube. On coupe une boucle, ce qui nous donne l’occasion de faire une grimpette.

     

    Vendredi 3 août Tekija – Negotin

    En haut, le paysage a complètement changé. On se croirait dans les steppes de l’Asie Centrale (j’y suis jamais allé, mais j’ai vu des images). Bernard me précise que c’est une réserve naturelle.

     

    Vendredi 3 août Tekija – Negotin

    Je n’ai pas pu résister à prendre en photo des magnifiques villas dans le pur style « Néo-Gallo-Roumain » avec une variante tarabiscotée…

     

    Vendredi 3 août Tekija – Negotin

    Vendredi 3 août Tekija – Negotin

    On finit par arriver à Negotin, où l’on décide de boire un verre (il est 14 heures). La ville est moche, avec une architecture post-soviétique sans âme, mais vivante, où l’on sent que les gens qui y vivent y sont à l’aise : large rue piétonne avec terrasses de bistrot, pas mal de magasins…

    Vendredi 3 août Tekija – Negotin

    On jette un œil sur les campings dans les environs (merci Google Maps), et on s’aperçoit qu’il y en a un qui a l’air bien sympa à 150 mètres, et un autre à 45 km. 45 km, ça fait trop loin vu l’heure.

    On décide de faire court et on s’installe dans un jardin d’une maison en ville, exactement comme à Sombor. Accueil cool, avec boissons fraîches.

    Vendredi 3 août Tekija – Negotin

     

    Nous allons profiter de cet après midi pour faire un peu d’entretien sur les vélos...


  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Août à 21:09

    Reportage bien détaillé qui nous fait vivre l'aventure aec vous.

    Précision de vocabulaire en passant, une cote souple c'est quand même moins dur qu'une cote dure non ?

    2
    Dimanche 5 Août à 21:03

    Oui, une côte flottante aussi...

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter