• Mercredi 11 juillet Waldshut – Engen

    Drôle d’accueil, au camping de Engen. Un bistrot que je prends pour la réception, et le gars, voyant que je ne suis pas du coin, commence à me parler en allemand-petit-nègre, genre « Toi quoi vouloir ? Ici pas réception ». Comme en plus il a un accent à couper au couteau et qu’on est vraiment, mais vraiment tout près de la frontière suisse, je lui demande -en allemand- s’il peut me parler en allemand.. Vexé, le gars ! « Ich bin Deutsch und ich spreche deutsch ! ».

     Pour finir il m’emmène 20 mètres en dessous où se trouve, bien planquée, la réception où il n’y a personne. Il faut appuyer sur un bouton (péser sur un button, comme dirait Bertrand), et le gars de la réception arrive d’on ne sait où sur un scooter Vespa assez récent. Pas comme le gars : 70, 75 ans. Il nous fait remplir une fiche chacun très complète, sur papier imprimé, avec date et lieu de naissance. Très complète, quoi… Ensuite il recopie sur un registre. Entre temps son téléphone a sonné avec une musique genre « Die Tyroler sind lustig ». Ambiance…

     La recopie prend un certain temps, car il se reprend pratiquement à chaque lettre, manifestement il a du apprendre à écrire tard…

     Ensuite il monte sur son scooter et nous emmène à 20 mètres de là pour nous montrer notre emplacement. Pas très causant, pas très souriant, mais efficace.

     Par contre, grosse surprise au niveau des sanitaires : tout est neuf, propre, de super qualité, les douches sont de vraies cabines avec mitigeur, il y a des sèche-cheveux à disposition.

    Rien à voir avec l’usine à campeurs de la veille où tout était payant : WI-FI, douches, plaque électrique « mise à disposition » pour les pôvres cyclistes…

     Mercredi 11 juillet Waldshut – Engen

    Aujourd’hui, gros progrès pour mes deux acolytes : le départ s’est fait pratiquement une demie-heure plus tôt que d’habitude. Et mon chum Bertrand commence à appuyer sur les pédales, mettant parfois Bernard en tabarnak (ceci est une rédaction commune, et de temps en temps j’écris ce que j’entends). Très beau parcours le long du Rhin en début de journée, jusqu’à Schaffhausen et l’impressionnante chute du Rhin, et dans la verdoyante campagne et ses villages fleuris ensuite. Quelques petites mais rudes côtes ont fini d’achever le moral des troupe dans la néanmoins majestueuse Hegau avec son château perché sur un piton volcanique, non loin de Singen.

     

    Mercredi 11 juillet Waldshut – Engen

    L’ultime côte menant au camping a fini de les achever complètement. Il arrivèrent fourbus et à pied…

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter