• Mardi 17 juillet Straubing – Passau

    Ce matin, départ un peu plus tardif : il faut dire, le camping était plutôt sympa et on était moins pressé de le quitter que celui de la veille.

     

    Un peu d’hésitation dans la navigation pour sortir de la ville, mais finalement on se retrouve sur LA véloroute officielle. Super, qu’on se dit, on va la suivre jusqu’au bout ! Ça roule bien, beau goudron, jusqu’à un moment où on se fait envoyer sur un chemin complètement pourri en haut d’une digue, avec à gauche une belle route pour les voitures, avec personne dessus. On a vite quitter la véloroute officielle pour la belle petite route bien roulante, et on a suivi cette politique à peu près toute la durée de l'étape.

    Le paysage est toujours aussi plat avec des plantations de choux, patates, etc.

     

    Mardi 17 juillet  Straubing – Passau

     

    Mais les montagnes qu’on voyait depuis un moment à l’horizon sont devenues proches, et que le Danube s’est entouré de collines. C’est tout de suite plus beau lorsqu’il y a du relief.

     

    A Vilshofen, nous nous sommes arrêtés faire une pause, manger un melon et reprendre un peu des forces, et on est repartis sur les bords du Danube

    Mardi 17 juillet  Straubing – Passau

     

     

    Passau c’est à la fois le Danube, avec ses énormes paquebots-péniches à touristes, l’Inn qui est une très grosse rivière, affluent rive droite, avec beaucoup de courant et un gros débit, et l’Ilz, petite rivière qui se jette dans le Danube rive gauche, au bord de laquelle se trouve notre camping, uniquement réservé aux tentes et dont l’ambiance est super sympa.

     

    Mardi 17 juillet  Straubing – Passau

    Mardi 17 juillet  Straubing – Passau

    104 km aujourd’hui. Pas mal… Bertrand commence à avancer comme au Canada.

     

     

    On a retrouvé un couple de grenoblois avec qui on a sympathisé hier, et il s’est trouvé qu’on a des connaissances en commun en Matheysine, et aussi une fille d’une petite trentaine qu’on voit de temps en temps depuis quatre ou cinq jours : elle fait à peu près les même étapes que nous, mais des fois elle prend le train. Pas d’Allemands ni d’Autrichiens, en général ils vont dans l’autre sens, à part un Autrichien qui rentre chez lui et qu’on a déjà vu deux fois au camping ces derniers jours. On ne fait pas forcément les mêmes étapes, mais curieusement, alors qu’il y a un paquet de monde sur cette véloroute, il y a finalement assez peu de structures pour les campeurs…

     

    En fin d’après midi, nous sommes allés à pied faire les courses, Bertrand et moi. En rentrant, il y a eu un coup de vent d’une violence incroyable, qui a duré 5 minutes, pas plus. Le temps que tout s’envole, que les vélos tombent de leur béquille.

     

    Au repas de ce soir : blanc de poulet au poivre noir et à la crème. Impossible de trouver du poivre vert ici ! Et riz pilaf. Avec des oignons.

     

    Au milieu du repas, invasion de canards débarqués de l’Ilz. Panique à bord, tout le monde a rentré les affaires de cuisine qui traînaient un peu partout par terre. Pas bien gras, les canards. Dommage…:-)

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter