• Jeudi 2 août Dobra – Tekija

    Ce matin, réveil plus qu’humide : il pleut, et il pleut, au réveil. On sort des tentes et on attend que ça se passe en prenant le petit déjeuner. Ça se calme au bout d’un moment, et on s’engage sur la route qui longe le Danube rive droite (de toute façon, comme me fait très justement remarquer Bernard, il n’y en a pas d’autre…)

     

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

     

    Assez rapidement, le Danube s’engorge et la route passe en balcon dans une série de 18 tunnels, pas éclairés, mais nos trois vélos sont équipés de moyeux-dynamo et de lampes assez puissantes.

     

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

     

    Première côte, assez longue, mais comme dit Daniel « la route était souple ». (Personne n’a jamais compris ce qu’il entendait pas là, mais comme on l’aime bien, à chaque fois on acquiesce « Oui, elle est souple »…)

     

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

     

    Notre petite Française, partie derrière nous nous rattrape avant le sommet. On n’a pas vraiment cherché à rouler ensemble, mais ça s’est trouvé comme ça, on roulait à peu près pareil et elle a profité de nos lumières dans les tunnels. Sans, c’était limite dangereux…

    Les parois calcaires deviennent de plus en plus abruptes et les rives se rapprochent. De belles perspectives se succèdent.

    Longue pause à Donji Milanovac où nous prenons qui une glace au chocolat, qui un café. Je profite du WiFi pour publier l’étape d’hier…

    On repart vaillamment sur une route assez facile en bordure du Danube très large à cet endroit quand soudain...

     

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

    ca grimpe fort…

     

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

     

    Ca grimpe encore, le petit château rapetisse…

     

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

     

    Pas tout à fait en haut, mais là où le point de vue sur le fleuve est grandiose, un parking qui fait l’objet d’un regroupement général et d’un sprint pour la seconde place « Ping One »

     

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

    Belle descente, nous nous arrêtons à Tekija où il n’y a pas grand-chose, à part deux campings, d’après Google Maps et un restaurant panoramique pas virtuel du tout où nous buvons un coup avec Clémence qui continue sur Dobreta (30 km) pour prendre le train…

    Le camping indiqué, en fait, c’est la plage municipale, squattée par les locaux, phagocytée par des caravanes pourries mais qui occupent les rares terrains plats, ni douche ni WC.

    Nous décidons d’aller au second camping « Iron Gates Camp », et là où Google nous emmène, il n’y a que des rues à 15 %… Des jeunes nous proposent de nous trouver des chambres à proximité « pas cher ».

    On débarque dans une maison assez grande avec un joli petit jardin potager, et on est accueillis par un couple de petits vieux gratinés : Le drapeau serbe flotte au balcon, on discute fermement le prix des chambres. On a un peu du mal, car ils ne parlent que Serbe. Mais bon… De toute façon, avec la Mamie, on ne discute pas. Le Papy file doux. On a une chambre chacun, un cabinet de toilette avec douche et WC, et une cuisine d’été très sympa avec vue imprenable sur le Danube.

     

    Jeudi 2 août Dobra – Tekija

    On fait des courses, on se prépare à diner, on s’assoit à table et au dessus de ma tête il y a un abat-jour en tôle qui date de la guerre -mais on se sait plus laquelle- et qui chauffe comme pas possible. Je l’éteins donc, mais la Mamie fait une première approche pour nous proposer une poele à frire. En gueulant, elle rallume la lampe à bronzer.

    Je la réteinds, elle nous amène une salade de tomates délicieuses, des vraies tomates du jardin, quoi, du côtis, du poulet et bien sûr elle rallume…

    Alors que j’éteins une troisième fois, Bertrand me dit « Arrête, elle va revenir !!! »

    ça ne loupe pas. Cette fois-ci c’est pour nous amener une énorme pastèque.

    On n’avait pas prévu ça, on a eu bien du mal à tout finir, avec en plus les 500 gr de pâtes et les 6 œufs « miroir » qu’on avait prévu initialement.

    Bref on a bien rigolé, bien mangé, bien bu, surtout quand le Papy est revenu s’installer avec nous devant la télé qu’il a allumée pour regarder le foot (les joueurs Serbes du Sparta de Pragues) sans oublier d’amener des graines de tournesol grillées et une canette de bière… de deux litres !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter