• Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

    Belle étaoe aujourd’hui. Ça commence par uune bonne vingtaine de kilomètres de plat descendant, autant dire que c’est vite réglé, surtout que la route qui est en cours de réfection est lisse comme du billard.

     

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam 

     

    Au loin la chaîne des Balkans. Les Balkans, c’est un peu comme les Pyrénées, en plus petit et en moins haut. Orientés Est-Ouest, une chaîne et des vallées qui s’enfoncent Nord-Sud.

     

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

     

    Nous, on part du Nord Est, on passe dans la plaine au Nord, en direction de l’Ouest, et au bout d’un moment on oblique vers le Sud, pour passer le fameux col de Trojan demain…

     

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

     

    Dans une pâture, un troupeau de buffles. Comme le gros mâle pas sympa me regardait de travers et qu’entre lui et moi y’avait qu’un mauvais fil à peine barbelé, je me suis tiré vite fait avant d’être obligé de faire un kilomètre départ arrêté avec sacoches (Tiens, ça doit pas être mal, comme entraînement…)

     

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

     

    Au bout de notre plat descendant, on prend une petite route pour nous tous seuls, ou presque, toujours à plat. Les Balkans sont à notre gauche, et de rapprochent au fil des kilomètres.

     

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

     

    Ce qui est caractéristique ici, c’est que toutes les maisons anciennes sont belles, harmonieuses, construites avec des matériaux nobles. On peut décliner la même phrase au présent par la négative.

     

    Il faut bien monter, et une vraie belle côte se présente, souple mais assez longue… Et après une longue descente on arrive à Trojan.

     

    Un peu déçu par la ville, très quelconque. Dans mon imaginaire je la voyais comme Ifrane au Maroc, ou Saint Véran…

    Rien de ça, du béton, des immeubles qu’on se demandent s’ils sont habités tellement ils sont moches, et des vendeurs de poterie qui donnent envie de pleurer.

     

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

     

    Trojan, merde ! Connue mondialement pour ses poteries traditionnelles. Putain ! Tout fout le camp !!!

     

    Galère ensuite pour trouver une guest house. La première, très chouette, nous plait bien, mais il n’y a personne (tout est ouvert), mais on ne daigne pas nous répondre au téléphone.

     

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

     

    La seconde, toujours à Balkanets, est fermée avec une grille. Pas sympa. Le téléphone ne répond pas.

     

    Du coup on téléphone à une autre, située plus bas, et là on nous accepte. On redescend une demi-douzaine de kilomètres, on se perd, Bernard est derrière, Bertrand devant… Finalement on arrive à se retrouver au « Four pines », que personne ne connaît dans le bled, sauf si on le dit en Bulgare « Tchetirite Bora ».

     

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam

     

    Surprise : une ancienne mehana, dans des bâtiments de 1850, en pur style traditionnel. Les proprio super sympa qui nous emmènent ce soir manger "en ville" avec leur voiture, elle qui a confectionné un gâteeau pour nous et lui qui nous a donné un litre de rakia...

    Ce soir on dort dans la maison des 7 nains !!! (On a déjà Prof, Dormeur et Simplet dans notre équipe).

     

    Jeudi 16 août Gabrovo – Beli Osam


  • Commentaires

    1
    Jeudi 16 Août à 18:08

    Le buffle a senti la compétition pour le mâle Alpha se profiler. T'as bien fait de partir ! :)

     

    2
    Dimanche 26 Août à 17:33

    tu peux faire le stelvio depuis Bormio en laissant tes bagages .

    en montant par Bormio, il y a une route à 5 kms du sommet qui part sur la Suisse et qui permet de faire le tour et de remonter par les 48 fameux virages..

    tu le fais presque 2 fois mais ca vaut le coup , je l'ai fait!! bonne route

     

      • Dimanche 26 Août à 17:38

        Comme je le raconte aujourd'hui (26-08), finalement je reviendrai avec un vélo plus léger et pas seul si possible...

        La montagne, je n'en suis pas en manque, ces temps-ci...

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter