• Dimanche 19 août Tsigov Chark (Batak) – Osina

    Petite désillusion hier soir en préparant mon étape : la route indiquée par ma carte Michelin (2012) n’existe pas sur Google Maps ! Avec l’image satellite, on voit une vague piste qui serpente dans la montagne pendant un moment. On serait deux, ça pourrait être marrant, mais tout seul… Doit pas y passer grand monde…

     

    Du coup, je jette un œil à Wiki voir ce que je rate… Les Rhodopes, quand même, c’est pas rien…

     

    Et je m’aperçois que je suis dedans ! Exactement dans les Rhodopes occidentales, les orientales étant moins hautes, mais certainement plus sauvages. Pas grave, je vais quand même les traverser !!!

     

    Ce matin, après avoir plié tout mon matériel ou presque, je démarre. Je prends à droite en sortant du bled, et je descends… Arrivé en bas (8 km quand même) je me rends compte que je me suis gouré de route, car le nom du bled ne me dit rien du tout. Si je continue, ça me fait un méchant détour. Alors je remonte…

     

    Et je suis donc à présent capable d’affirmer qu’une descente qui se prend entre 50 et 55 km/h se remonte à 10 km/h, pas plus.

     

    Je repasse devant la route qui mène au camping, continue tout droit, prends la bonne route. Je me retrouve rapidement dans un 9 %, et je me mets à gamberger… La serviette microfibre que tu as pendue dans l’arbuste en face de la tente, ce matin, tu l’as mise dans une sacoche ?

     

    Bien sûr que non ! Après avoir vérifié mes sacoches, je refais demi tour et vais rechercher ma serviette, bien sèche, dans l’arbre. Bilan : 26 km, 400 mètres de D+, 2 heures.

     

    Pas grave, je suis à la retraite !

     

    Une bonne côte pour me retrouver sur une sorte de plateau bosselé au relief très doux, un peu comme dans le Haut Jura.

     

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

    Des sources au bord de la route. Quand il y a plein de gens qui viennent en voiture remplir des tas de bouteilles, c’est qu’elle est super bonne...

     

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

     

    S’en suit une série de coup de cul, de parties roulantes, de petites descentes dans ce paysage sympathique. Il faut veiller à ne pas forcer trop sur les jambes et ne pas hésiter à remettre une petite vitesse quand ça se redresse, même pour quelques mètres, sinon on ne finit pas la journée…

     

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

    Premier lac : celui de Beglika. La route le longe un moment, le quitte puis on tombe sur le lac de Golyam Beglik, plus sérieux, fermé au Nord Est par un barrage que la route traverse.

     

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

    Une petite bosse, et hop ! Un troisième lac, Shiroka Polyana, très touristique. On est dimanche, il y a plein de gens qui sont venus passer là la journée en plein air.

     

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

    L’endroit est magnifique, des chevaux pâturent au bord du lac. On leur mettrait des bois sur la tête pour les faire ressembler à des orignaux, on se croirait en Ontario, Câlisse !

    Re-bosses dans ce paysage au doux vallonnements, un descente, et d’un seul coup, une trouée dans les arbres, et un point de vue exceptionnel sur le grand lac de Dospat, qui s’étend 300 ou 400 mètres en dessous.

     

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

    Tès belle descente avec une route bien lisse, de beaux virages qu’on peut prendre à fond (c’est à dire 60 max, mais avec sacoches, on a l’impression d’être sur une BMW R1200GS.

     

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

    Dospat a l’air sympa, mais c’est la foire à Neuneu, avec un tas de stands de trucs merdiques et plein de gens en travers de la route. Ça ne me gêne pas beaucoup, car la route monte à 10 % à cet endroit là, mais les voitures devant moi doivent se frayer un passage dans la foule.

     

    Je suis bêtement les pancartes, alors qu’un raccourci m’aurait éviter de descendre tout au fond de la vallée. Pas grave, du coup j’ai pu faire une photo du barrage-poids, du même type que celui de Serre-Ponçon.

     

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina

    Une grosse côte derrière, avec encore du 10 % pendant un bon moment. Il est dans les 16 heures. De toute façon je n’irai pas jusqu’à Gotsé Deltchev, encore 40 bornes, ça me ferait arriver trop tard.

     

    Je me prépare à faire une nuit en sauvage, en remplissant tout ce que j’ai comme récipients à une fontaine, et puis, quand j’arrive à un bled improbable, Osina, je vois une pancarte à moitié effacée sur laquelle est indiqué « PECTOPAH ».

     

    Je vais voir, je tombe sur un gros bâtiment hôtelier tout neuf, bien planqué de la route, qu’on aurait planté là pour être sûr qu’il n’y vienne personne.

     

    On y parle anglais, je peux passer la nuit dans une chambre, et manger… En plus il me reste quelques leva. La « chambre » est en fait un studio tout neuf, super moderne, avec une terrasse-balcon (pratique pour faire sécher la lessive du jour) et une vraie cabine de douche comme j’en n’ai pas vue depuis un mois et demi... 20 leva, soit 10 euros...

    Dimanche 19 août  Tsigov Chark (Batak) – Osina


  • Commentaires

    1
    Lundi 20 Août à 20:55

    Je me demande ce que ca doit faire de se retrouver en solitaire à l'aventure aussi loin de chez soi et des siens ?

    En tous cas, on pense à toi!

    2
    Lundi 20 Août à 22:24

    Ben... C'est à la fois une sensation de solitude et d'immense liberté. Solitude pendant la journée,car tu es tout seul sur le vélo,en même temps tu fais ce que tu veux, tu t'arrêtes quand tu veux (liberté). C'est certainement pour ça que le soir je cherche des campings, qui sont des endroits souvent de convivialité. A dormir dans les bois comme une bête sauvage, c'est sûr qu'à terme c'est pas trop bon...

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter