• Dimanche 15 juillet Dillingen – Ingolstadt

    Sympatique, le camping de la nuit dernière. Tenu par deux dames très gentilles, souriantes qui cherchaient à remplir nos chopes de bière le plus possible.

     

    Pas comme ce soir, où nous avons été accueillis par un bulldog femelle d’un âge avancé qui nous a quand même piqué (le mot est faible) 54 euros pour trois malheureuses tentes et trois campeurs à vélo.

     

    La douche était spacieuse, chaude, avec un bon débit, et pour ma part, je me suis permis une chose tout à fait inhabituelle : uune douche chaude de confort qui a duré une bonne vingtaine de minutes. Aucun scrupule (voir plus haut).

     

    Il faut dire qu’on est arrivés crottés, trempés, rincés, après 20km en forêt sous une pluie assez soutenue, après que nous nous soyons abrités une petite demi-heure sous un coin de toit. Il pleuvait alors très fort, et l’orage pétait aux alentours.

     

    Dimanche 15 juillet Dillingen – Ingolstadt

    Dimanche 15 juillet Dillingen – Ingolstadt

     

    Le matin, pourtant, nous étions partis tôt (9 h) et avions profité de la fraîcheur et de l’absence de vent pour rouler. A midi et demi, nous avions fait 65 km, et nous nous sommes arrêtés pour casser la croûte. J’avais compté trouver des épiceries ouvertes, mais pas de chance, on n’a pas pu se réapprovisionner.

     

    Bernard faisant un petit coup de calgon, à cause de la chaleur et de la faim, on a opté pour l’option lourde : riz avec une sauce déshydratée de Chili que j’avais acheté hier à tout hasard…

     

    Le riz nous a remplis, le chili nous a un peu arraché la gueule, mais l’action conjuguée du mélange nous a remis en selle, tout fringants.

     

    Cette étape s’est faite pour la première partie sur un plateau avec des champs de blé et de maïs. Dans les bleds, le moindre tracteur était énorme. Visiblement on est dans le grenier de l’Allemagne…

     

    Dimanche 15 juillet Dillingen – Ingolstadt

     

    Pour la seconde partie nous avons retrouvé le lit du Danube avec ses pistes en gravier, et traversé la très belle forêt à l’Ouest de Ingolstadt. C’est là que l’orage nous a surpris. Mais quand nous sommes repartis, la brume montait du sol encore chaud, c’était très beau, très romantik, on s’attendait à chaque bosquet à voir une blonde Walkyrie traverser notre véloroute à cheval.

     

    Enfin Ingolstadt, dont nous n’avons rien vu car nous sommes restés au bord du Danuble, les yeux rivés sur les pancartes « Camping ».

     

    Ce soir, repos pour le cuistot (Hé oui, mes camarades en ont décidé ainsi, et ça tombe bien car le dimanche, pour le ravitaillement ce n’est pas facile).

     Au menu Tafelspitz, une spécialité bavaroise, de la la langue de boeuf avec des pommes de terre et des légumes en julienne, le tout dans une crème abondante et beaucoup de persil. Simple, efficace, excellent !

     

    Dimanche 15 juillet Dillingen – Ingolstadt

    Tchüss !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter