• Vendredi 2 juillet

     

    Embarquement avec du retard, et décollage avec encore plus de retard: au dernier moment, un passager a été débarqué pour raisons médicale. Retour au parking, alors qu'on était en bout de piste, prêts à décoller, débarquement du passager, extraction de ses bagages de la soute, c'est avec 2h30 de retard que nous atterrissons à Montréal. J'avais pu envoyer un message à Pierre Vérot, ce qui lui permet de ne pas attendre pour rien à l'aéroport.

    Moment insolite dans le hall quand il s'approche de moi. La dernière fois qu'il m'a vu, j'avais 11 ans. Il me reconnais à la description que je lui ai faite, casquette « Le vieux Campeur » sur la tête et snowboard (ici on dit « planche à neige ») en bandoulière difficile de me rater.

    Mais moi, je l'aurais reconnu s'il n'était pas venu directement sur moi. Le même sourire, la même gentillesse qui rayonne, qu'il y a 44 ans...

    Accueil

    <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

    Ensuite, au cours du trajet vers Ivry-le-lac en compagnie de sa femme et bien après dans la soirée, ce n'était que souvenirs communs, anecdotes, histoires de nos vies.

    Le courant est passé tout de suite, finalement malgré cette distance dans le temps et dans l'espace nous nous découvrons bien des points communs.

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter