• Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Première nuit sous la tente, et première réponse à mes inquiétudes: les midgies ne passent pas à travers la moustiquaire ! Pas évident a priori, tant elles sont minuscules, ces sales bibites. Bien sûr, il faut mettre un tissu devant les curseurs des fermetures éclair, car il y a toujours un petit jour, mais ça, on a l'habitude, depuis Hearst (voir nos aventures de l'an passé).

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Pas de pluie pendant la nuit, mais bien humide quand même au réveil. Mais vraiment bien dormi, pas eu froid, malgré l'état de fatigue que nous avions hier au soir.

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William
    On a décampé, chargé les vélos et on est reparti, dans l'espoir de trouver un coffee-shop. On en a trouvé un, mais il était fermé. Du coup on a pris de l'eau à la station-service d'en face, j'ai sorti le réchaud et la cafetière, et on s'est fait un petit déj sorti du sac, pain, beurre d'arachide, confiture, miel. Bertrand a tenté de boire mon café, que pourtant j'avais fait exprès pour lui avec les dosages pour québécois que j'avais testés l'an passé, mais il est allé s'acheter du lait pour que ça puisse passer {Séquence « café » spéciale pour Lyse – j'espère qu'elle nous suit sur ce blog, et je lui passe bien le bonjour, ainsi qu'à Remy :-) ]

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William 

    On a fait ensuite une grande pause dans un café bien sympathique où il y avait du WIFI, ce qui m'a permis de mettre en ligne les textes et photos des journées d'hier et d'avant-hier.

    C'est un peu mes devoirs de vacances, ce blog, mais tout compte fait, la rédaction, chaque soir, de ce carnet de voyage est indispensable pour mieux situer, ensuite, les étapes.

    Surtout ici.

    Les paysages sont si variés qu'il est impossible, pour Bertrand et moi, de nous rappeler exactement où telle photo a été prise, sur quelle côte, de quel loch ou de quelle île il s'agit.

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    On est ensuite reparti, sur une route assez plate qui suivait la côte. Je pense que l’Écosse doit faire partie des pays qui ont le plus de routes côtières. La région où nous nous trouvons est une succession de presqu'iles et d'iles, orientées SO-NE, on passe sans arrêt d'un bras de mer à un autre, souvent en franchissant une colline avec des pentes bien raides.

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

     

    Nous avons emprunté aujourd'hui la « National Cycle Road » entre Oban et Fort William, une piste cyclable, séparée de la route,dont le tracé est certainement celui d'une ancienne voie de chemin de fer.
    Nous sommes arrivés à Fort William à 16 heures, nous avons mangé un « fish and chips » (excellent) et sommes allés ensuite au camping situé à 4 km à l'extérieur de la ville, mais pas sur la route de demain, ce qui va donner prétexte à Bertrand de se lever avec le coq.
    Il fera comme il voudra, pour ma part, je ne roule pas avant 8 heures et demi. Ce matin, il m'a embrouillé, me donnant au réveil une heure plus tardive qu'il n'était en réalité; bilan des courses, on est parti à 8 heures pétantes (lui était prêt depuis au moins 20 minutes) et on s'est caillé grave sur les vélos pendant une paire de miles.

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Samedi 23 : Journée relax vers Fort William

    Voilà là toutes nos chicanes, on en rigole plus qu'autre chose, et c'est bien comme ça.
    Sinon, question température, on est vraiment chanceux car à part quelques passages nuageux et une averse de temps en temps, c'est tout le temps le soleil. Parfois, il faut attendre quelques minutes, pour prendre une photo, qu'un nuage s'écarte un peu du soleil.

    A propos des écossais: vraiment accueillants et très ouverts. Bertrand sur son trike a deux drapeaux du canada et un du Québec. Moi, un Canadien et un Français. Le coup des drapeaux, c'est vraiment une sacrée carte de visite! Combien de fois des gens sont venus vers nous pour nous parler en français!
    Beaucoup d'écossais connaissent le drapeau du Québec, contrairement aux français. Je me suis trimballé une paire de mois l'an passé avec, combien de fois on m'a demandé ce que c'était comme nation...

    J'ai balancé mes photos vite fait, comme ça. dans l’ordre chronologique de la journée, mais sans trop prendre soin de les raccrocher au texte. Tout ça parce que le WIFI du camping était dans le bistrot du camping, et que bien sûr c'était impossible de se connecter.
    On a demandé à une serveuse, qui nous a conseillé, avec un grand sourire, daller 300 mètres plus loin sur a route, qu'il y avait un café et que le mot de passe du WIFI de ce café était le nom du café. On y est allé, on a essayé, et banco! tout s'est mis à bien fonctionner. Encore une fois la gentillesse des Écossais...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter